Mot-clef : bijoux

Kill Kill Pussy Cat

Par : Stefanie Renoma Dans : Femme, Galerie, Mode, Stefanie Renoma Collection Commentaires : pas de commentaires.

Photographie : Frederic Monceau.
Direction et collection Stefanie Renoma.
Make up : Allison Depriestre. Coiffure : Yann Rebelo. Bijoux Christophe Leka.

 

Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit :  » Souviens-toi !
Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d’effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible,

Le plaisir vaporeux fuira vers l’horizon
Ainsi qu’une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote : Souviens-toi ! – Rapide, avec sa voix
D’insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
Et j’ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !

Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu’il ne faut pas lâcher sans en extraire l’or !

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

Tantôt sonnera l’heure où le divin Hasard,
Où l’auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le repentir même (oh ! la dernière auberge !),
Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard !  »

Charles Beaudelaire

 

renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5993 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5987 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5981 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5966 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5962 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5955 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5945 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5940 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5939 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5935 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5928 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5918 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5916 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5915 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5901 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5881 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5880 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5829 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5817 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5814 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5809 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5801 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5799 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5769 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5768 renoma-stefanie-collection-mode-IMG_5766 IMG_6048 IMG_6038 IMG_6032 IMG_6031 IMG_6030 IMG_6025 IMG_6024 IMG_6022 IMG_6021 IMG_6011 IMG_6051 IMG_6081 IMG_6097 IMG_6098 IMG_6107 IMG_6109 IMG_6110

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Lire la suite

Dream

Par : Stefanie Renoma Dans : Beauté, Femme, Galerie, Homme, Mode, Stefanie Renoma Collection, Unisex Commentaires : pas de commentaires.

Photographie : Quentin Legallo.
Réalisation et collection : Stefanie Renoma.
Make Up : Yoana TGR.
Coiffure : Raphael Mariage.
Bijoux : Christophe Leka.
Remerciements : Florian Saez, Christophe Chaulet, Joël et Armelle Cohen

Un store épais qui se tordait le cou pour écarter la clarté d’un rai, les doigts défaits sans empreinte dans l’obscurité de la crainte, du temps des aiguilles on se pendait aux pendules d’un instant incrédule. L’ombre perdue sur le sol d’un éveil ombrageux, l’effet nocif d’un écueil en récif, en saigner à résidence, les entailles de l’absence sur la déveine bleuie. L’écume de l’amertume sur une mousse d’un matelot naufragé, les coudes de la nostalgie sur le comptoir d’un bar éméché, le néant l’air de rien devenait envahissant. Whisky canapé souffrances sur la moquette élimée des fragrances, corps en fœtus sur des illusions fichus, destin à déteindre sur les langes des anges pétrifiés à cours de louanges. Abattu revolver tuant le temps infini, l’esprit sur la gâchette d’un amour en rade, « Gin vodka limonade ! », un doute avec un ersatz de meurtri, personne n’ira au paradis. Lune moins dix, tous seront des hommes sans fils, les âme sœurs cherchant leurs complices, tandis que dans les jardins massacrés les fleurs frappées rendaient les jardiniers dingues à enfermer. Salon saturne, planète ne tournant pas rond, la tristesse au plafond, répondrez-vous ? A gémir sous les draps, le cœur en sparadrap collé aux blessures, entre le silence et le ciel rien qu’une fracture. Se mouvoir à travers le noir dense, voir une danse polka à s’enticher de dessous fétiches, émulsions de pulsions à vomir les émotions de censure, aimer telle une gageure poudrée sous le jouc de l’imposture. Appellerez-vous ? A perles rares y prendre goût, écouter toutes les plages au fond des coquillages, mettre les doigts sur les lèvres pour précéder les mots, se dire que rien n’était jamais toujours trop. Mettre la robe d’un soir pour être avec la nuit blanche de peau, la parure étranglée à force de ne plus respirer, les talons cassaient des sans pas qui restaient figés, la porte condamnée n’ouvrant plus le séjour, le geste criminel à assassiner le moindre lever du jour. Passion complète sans supplément, chagrin rempli sans suppléant, un autre verre de mer au message sans glace, une bouteille de morphine à la mémoire sans traces.

Par Frederic Michel Hurez pour Stefanie Renoma

Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0850-759 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0847-756 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0828-737 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0747-687 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0740-680 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0691-631 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0632-572 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0575-515 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0542-482 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0522-462 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0499-439 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0474-414 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0429-2-369 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0412-2-352 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0399-2-339 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0316-2-256  Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0179-2-119 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0142-2-82   Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0126-2-66

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Lire la suite

Garance, Where is the Dog

Par : Stefanie Renoma Dans : Femme, Mode, Stefanie Renoma Collection, street Commentaires : pas de commentaires.

Dans les rues de Paris. Photographe : Yulia Shadrinsky. Collection et direction Stefanie Renoma.
Accessoires par Catherine B, « Les 3 marches ». Modèle : Garance.

Stefanie-renoma-blog-photo 5 Stefanie-renoma-blog-photo 4  Stefanie-renoma-blog-dog_photo 2

Étiquettes : , , , , , , ,

Lire la suite

Athena dans tous ses états…

Par : Stefanie Renoma Dans : Beauté, Bijoux, Femme, Galerie, Mode, Stefanie Renoma Collection Commentaires : pas de commentaires.

Photographie : Yulia Shadrinsky. Collection Stefanie Renoma. Model : Athena. Bijoux : Christophe Leka. Mise en beauté : Allison Depriestre

Picnic at Hangink Rock

CRIS ET CHUCHOTEMENTS

Les jeunes filles sont déjà mortes. Comme les roses flétries qu’elles écrasent entre les pages de leurs livres. Prisonnières de leur narcissisme, mortes sous l’emprise d’Appleyard, de ses lois puritaines, de ses pendules omniprésentes, de ses entraves physiques et morales. Les amours contrariées (la fascination de Sara pour Miranda, les ressentiments de la directrice pour sa fidèle Miss McCraw), la sexualité réprimée (une Saint-Valentin mortifère, des hommes distants, simples voyeurs ou admirateurs), la chair meurtrie (une punition corporelle en cours de danse): partout, le désir est inhibé, le corps enchaîné et soumis au pouvoir de la raison. Or Hanging Rock est le lieu de l’abandon et du secret, de la fêlure et de l’amnésie. Un défi à la raison. Personnage à part entière, le rocher s’interpose entre les vierges égarées et l’autorité tyrannique d’Appleyard. De manière significative, c’est la revêche Miss McCraw, professeur de mathématiques, qui disparaît avec Miranda, Irma et Marion. A midi, le temps n’appartient plus à personne, les aiguilles des montres se sont cassées. Avant huit heures du soir, les lycéennes assoupies s’abandonnent à un repos voluptueux, goûtent aux vertiges d’une nature ardente et sauvage. Une serre civilisée de boutons en fleur d’un côté, une végétation rebelle de l’autre: Appleyard et Hanging Rock sont les deux faces conflictuelles d’une même pièce. Deux faces dont le mariage bouleverse l’ordre du monde. Au contact du rocher volcanique, de ces pierres millénaires et encore brûlantes, parcourues de petits lézards, les adolescentes enflammées s’effeuillent, se déchaussent et vont se perdre dans les cavités et les précipices d’un dédale surnaturel.

Par Danielle Chou

P1170620 P1170615 P1170596  P1170584      P1170401 P1170400  P1170384 P1170379  P1170376       P1170250 P1170241     P1170165   P1170161   P1170071      _MG_3780 _MG_3704  _MG_3684 _MG_3680 _MG_3660

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Lire la suite

Translate »