Mot-clef : pret a porter

Blonde

Par : Stefanie Renoma Dans : Homme, Saharienne xplorer, Smoking, Stefanie Renoma Collection, Unisex Commentaires : pas de commentaires.

Stefanie Renoma collection
Photo : Frederic Monceau
Blonde : Maarten convens
Styled by : Raphaël Toureille, Amany Behounna, Mohand Ouali
Beauty by : Yann Rebelo
Jewels : Christophe Leka

Accompagné par Paul Verlaine

Extrait de Fêtes Galantes
À Clymène

Mystiques barcarolles,
Romances sans paroles,
Chère, puisque tes yeux,
Couleur des cieux,Puisque ta voix, étrange
Vision qui dérange
Et trouble l’horizon
De ma raison.

Puisque l’arôme insigne
De ta pâleur de cygne
Et puisque la candeur
De ton odeur,

Ah! puisque tout ton être,
Musique qui pénètre,
Nimbes d’anges défunts,
Tons et parfums,

A, sur d’almes cadences
En ses correspondances
Induit mon coeur subtil,
Ainsi soit-il! 

IMG_9274 IMG_9284 IMG_9287 IMG_9301 IMG_9346 IMG_9309 IMG_9330 IMG_9332 IMG_9367 IMG_9385 IMG_9395 IMG_9441 IMG_9461 IMG_9466 IMG_9479 IMG_9485 IMG_9496 IMG_9419 IMG_9438 IMG_9501

Étiquettes : , , , , ,

Lire la suite

Backstage Kill Kill Pussycat

Par : Stefanie Renoma Dans : Backstage, Beauté, Femme, Stefanie Renoma Collection Commentaires : pas de commentaires.

Photographe Frederic Monceau
Avec Alex Wetter, Franck Koné et Raphael Toureille
Makeup, Allison Depriestre
Hair, Yann Rebello
Bijoux, Christophe Leka
Remerciements guy assayag pershing hall 
Réalisation et collection Stefanie Renoma 

L1000146
photo 3 L1000213 L1000211 L1000189 L1000149L1000144L1000101 L1000095 L1000071 L1000070 L1000062

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Lire la suite

Dream

Par : Stefanie Renoma Dans : Beauté, Femme, Galerie, Homme, Mode, Stefanie Renoma Collection, Unisex Commentaires : pas de commentaires.

Photographie : Quentin Legallo.
Réalisation et collection : Stefanie Renoma.
Make Up : Yoana TGR.
Coiffure : Raphael Mariage.
Bijoux : Christophe Leka.
Remerciements : Florian Saez, Christophe Chaulet, Joël et Armelle Cohen

Un store épais qui se tordait le cou pour écarter la clarté d’un rai, les doigts défaits sans empreinte dans l’obscurité de la crainte, du temps des aiguilles on se pendait aux pendules d’un instant incrédule. L’ombre perdue sur le sol d’un éveil ombrageux, l’effet nocif d’un écueil en récif, en saigner à résidence, les entailles de l’absence sur la déveine bleuie. L’écume de l’amertume sur une mousse d’un matelot naufragé, les coudes de la nostalgie sur le comptoir d’un bar éméché, le néant l’air de rien devenait envahissant. Whisky canapé souffrances sur la moquette élimée des fragrances, corps en fœtus sur des illusions fichus, destin à déteindre sur les langes des anges pétrifiés à cours de louanges. Abattu revolver tuant le temps infini, l’esprit sur la gâchette d’un amour en rade, « Gin vodka limonade ! », un doute avec un ersatz de meurtri, personne n’ira au paradis. Lune moins dix, tous seront des hommes sans fils, les âme sœurs cherchant leurs complices, tandis que dans les jardins massacrés les fleurs frappées rendaient les jardiniers dingues à enfermer. Salon saturne, planète ne tournant pas rond, la tristesse au plafond, répondrez-vous ? A gémir sous les draps, le cœur en sparadrap collé aux blessures, entre le silence et le ciel rien qu’une fracture. Se mouvoir à travers le noir dense, voir une danse polka à s’enticher de dessous fétiches, émulsions de pulsions à vomir les émotions de censure, aimer telle une gageure poudrée sous le jouc de l’imposture. Appellerez-vous ? A perles rares y prendre goût, écouter toutes les plages au fond des coquillages, mettre les doigts sur les lèvres pour précéder les mots, se dire que rien n’était jamais toujours trop. Mettre la robe d’un soir pour être avec la nuit blanche de peau, la parure étranglée à force de ne plus respirer, les talons cassaient des sans pas qui restaient figés, la porte condamnée n’ouvrant plus le séjour, le geste criminel à assassiner le moindre lever du jour. Passion complète sans supplément, chagrin rempli sans suppléant, un autre verre de mer au message sans glace, une bouteille de morphine à la mémoire sans traces.

Par Frederic Michel Hurez pour Stefanie Renoma

Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0850-759 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0847-756 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0828-737 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0747-687 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0740-680 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0691-631 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0632-572 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0575-515 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0542-482 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0522-462 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0499-439 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0474-414 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0429-2-369 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0412-2-352 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0399-2-339 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0316-2-256  Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0179-2-119 Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0142-2-82   Mode-photo-stefanie-renoma-galerie-adler0126-2-66

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Lire la suite

La parisienne

Par : Stefanie Renoma Dans : Femme, Mode, Smoking, Stefanie Renoma Collection, street Commentaires : pas de commentaires.

Photographie : Quentin Legallo.
Avec Alina Mirica. Direction : Alex Wetter.
Collection : Stefanie Renoma.
Mise en beauté : Camille Siguret.

IMG_9684-1 IMG_9653-1 IMG_9583-1 IMG_9560-1 IMG_9529-1nb IMG_9509-1 IMG_9767-1-2 IMG_9810-1

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Lire la suite

Baby Doll

Par : Stefanie Renoma Dans : Beauté, Femme, Mode, Stefanie Renoma Collection Commentaires : pas de commentaires.

Direction et collection Stefanie Renoma. Photographe : Andy Julia
Doll : Marion. Mise en beauté : Marielle Loubet

Le galant tireur

Comme la voiture traversait le bois, il la fit arrêter
dans le voisinage d’un tir, disant qu’il lui serait
agréable de tirer quelques balles pour tuer le Temps.
Tuer ce monstre-là, n’est-ce pas l’occupation la plus
ordinaire et la plus légitime de chacun ? – Et il offrit
galamment la main à sa chère, délicieuse et exécrable
femme, à cette mystérieuse femme à laquelle il doit
tant de plaisirs, tant de douleurs, et peut-être aussi
une grande partie de son génie.
Plusieurs balles frappèrent loin du but proposé ; l’une
d’elles s’enfonça même dans le plafond ; et comme la
charmante créature riait follement, se moquant de la
maladresse de son époux, celui-ci se tourna brusque-
ment vers elle, et lui dit :  » Observez cette poupée,
là-bas, à droite, qui porte le nez en l’air et qui a la
mine si hautaine. Eh bien ! cher ange, je me figure que
c’est vous.  » Et il ferma les yeux et il lâcha la détente.
La poupée fut nettement décapitée.
Alors s’inclinant vers sa chère, sa délicieuse, son exé-
crable femme, son inévitable et impitoyable Muse, et lui
baisant respectueusement la main, il ajouta :  » Ah ! mon
cher ange, combien je vous remercie de mon adresse ! « 

Charles Beaudelaire

_MG_4078

_MG_3906 _MG_3899 _MG_3879 _MG_3762 _MG_3734 _MG_3728 _MG_3702 _MG_3591 _MG_3441 _MG_3363 _MG_3312 _MG_2985 _MG_2883

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Lire la suite

Translate »